Bulle Spéciale – Les Associations des Hauts en danger

1036

L‘Association Mer et Campagne, présente sur le quartier depuis les années 90, va fermer ses portes faute de subventions pour combler le déficit de 40 000 euros cette année. Au total, ce sont 2 adultes relais, un emploi avenir et un CDI qui sont concernés par le licenciement.

Comme l’explique la présidente, Manou Fondard, une situation déjà intenable depuis 3 ans a été aggravée par le refus de la CAF de financer les sorties des familles en 2017. Avec le retrait du FEDER ces dernières années, les subventions ne suffisent plus pour boucler les budgets. Ce sont près de 700 personnes qui vont être privées des séjours de vacances, des animations, des jardins partagés.

De même, une autre association du quartier (une des plus vieilles, qui existe depuis 68) est également en danger. L‘APMAR est en redressement judiciaire depuis juillet 2017, et depuis la semaine dernière, le TGI l’ordonne de rationaliser les dépenses et de viabiliser les cours de français en langue étrangère (FLE). Autrement dit, de licencier 4 salariés, comme le souligne Laurent Chataignier, déjà en alerte depuis juin dernier. L’administrateur précise que le FSE a arrêté son financement pendant 2 ans (à mi-exercice de l’Association) soit un manque à gagner de 100 000 euros qui va impacter sur les activités de l’alphabétisation et les cours de français langue étrangère.

C’est le coeur de l’APMAR qui est touché. Pour survivre, elle devra se séparer de 4 de ses salariés. L’APHER s’inquiète également du futur des emplois aidés, et s’interroge sur la disparition de Mer et Campagne, qui risque d’impacter la distribution des paniers bio.

En 2013, HDR avait licencié deux salariés pour se soumettre à un redressement judiciaire et l’AREJ a vu la moitié de son personnel disparaître. Sans oublier la disparition de l’ACS.

Aujourd’hui, ce sont plus de 14 associations des Hauts qui sont menacées dans leur fonctionnement si les pouvoirs public tournent le dos à une vraie politique d’animation socio-culturelle d’enracinement dans le quartier et d’ouverture vers la Métropole Normandie. Un collectif des Hauts est née pour mobiliser les habitants et interpeller les pouvoirs publics sur l’avenir des quartiers populaires. Une lettre ouverte dans ce sens est en cours d’élaboration et une conférence de presse est prévue le 2 octobre prochain, ainsi que des pétitions pour soutenir Mer et Campagne et l’APMAR.