Le club des Sapins de Rouen accueille les féminines des Seychelles

Du lundi 19 au dimanche 25 août 2019, l’équipe de foot féminine des Sapins de Rouen reçoit un groupe de joueuses en provenance des Seychelles dans le cadre d’un échange multiculturel. Dribbles avec le ballon, matchs en  petits effectifs… Une occasion rêvée de confronter deux visions de football et surtout un mix des cultures dans une ambiance très bonne enfant.

Dans le monde entier, le football est l’un des sports les plus pratiqués et les plus préférés. Joueur, amateur ou simple spectateur, ce sport séduit tout type d’âge, de classe sociale. Depuis sa naissance en tant que sport à part entière en 1848 jusqu’à ce jour, il a su se tenir à la première place en tant que sport le plus accessible au monde. Ainsi, le stade François Salomon, dans les Hauts de Rouen, a l’honneur d’accueillir un groupe de jeunes joueuses Seychelloises. Un évènement pour le moins exceptionnel, si l’on tient compte du temps de trajet : plus de 10h de vol en avion !

Pour découvrir les coulisses de la réception de cet invité de choix, nous avons interrogé Samy BOUGUERN, président du Rouen Sapin Football Club. « L’idée de base vient du consul de la République des Seychelles, qui est représenté ici par M. Françis HERBET. Nous avons déjà un partenariat de longue date pour faire croître le volley, la boxe, dans la continuité de déployer le sport féminin. Dans le cadre de ce projet, il nous a demandé si nous serions disposés à accueillir une
délégation des Seychelles, pour discuter sur la pratique du football, développer nos visions sur ce sport », explique-t-il. Pourquoi avoir choisi spécifiquement les Hauts-De-Rouen ? Pour M. BOUGUERN, le fait que son club s’implique beaucoup dans le développement du football féminin a été un atout considérable : « après une belle Coupe du Monde féminine qui a tenu toutes ses promesses, il était important de poursuivre la construction de notre équipe féminine.
L’aspect international est vraiment important pour nous, le vivre ici dans les Hauts-De-Rouen est incroyable. C’est aussi une ouverture d’esprit non négligeable. Au delà du foot, on a aussi pu échanger des repas ensemble, des musiques des danses ».

 

                                                                                  Les Rouennaises du club des Sapins en plein entrainement.

 

Le Président du Rouen Sapin Football Club veut faire passer un message clair : « le monde ne s’arrête pas à Rouen et à la France. N’hésitez pas à venir voir ces joueuses des Seychelles, elles sont là jusqu’à la fin de semaine. C’est vraiment important de se rendre compte que le football est une langue universelle ».

Cet échange Rouen-Seychelles n’aurait pas été possible sans le dynamisme d’un homme de l’ombre : Toufik DJELI. Bénévole pour le Club des Sains, il est aussi membres des « Amis de l’Océan Indien », une association culturelle qui a entre autre réalisé plusieurs échanges sportifs entre la Normandie et les Seychelles. « J’ai déjà été amené en 2015 à m’occuper des boxeurs Seychellois qui allaient faire les Jeux Olympiques des Iles de l’Océan Indien. Ils ont obtenu deux médailles d’or, deux médailles d’argent et trois de bronze. » Après cette belle réussite, les Seychelles se sont intéressés au football. « Ils avaient déjà fait un échange avec l’US Quevilly qui était arrivé en finale contre Lyon lors de la finale de la Coupe de France 2012. L’USQ était partie aux Seychelles. Les dirigeants Seychellois nous ont recontacté pour refaire un échange en sens inverse ». Pourquoi avoir décidé d’envoyer une équipe féminine ? « Etant donné qu’il y a eu la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et les Jeux des Iles encore cette année, le staff a préféré ménager l’équipe sénior seychelloise. Après le succès de la Coupe du Monde féminine, ils ont donc préféré developper cet aspect-là en envoyant une délégation féminine. Il sont en plus en train de créer la future équipe féminine nationale ! »

 

                                                                                 L’équipe féminine des Seychelles en pleine concertation.

 

Nous avons eu la chance d’interviewer des représentants de la délégation seycheloise afin d’avoir leur point de vue concernant la mise en place du projet. Parmi eux, Louis MADELEINE, qui a un CV long comme le bras. Il a en effet débuté en tant que footballeur. A la fin de sa carrière, il s’est mis à maîtriser le sifflet en se reconvertissant en arbitre. A présent, en plus de ses fonctions de chef de délégation, il est le président de la branche féminine des Seychelles et des arbitres et commissaire de la CAF (Coupe d’Afrique des Nations) auprès de la FIFA. Avec ce projet dans les Hauts-De-Rouen, il veut montrer que football masculin et féminin ne font qu’un : « Je ne veux plus que l’on parle de foot masculin et féminin, que l’on fasse des distinctions. C’est le même et unique sport, le football. A travers mon expérience, je veux montrer que les femmes ont autant de technique que les hommes. Bon, d’accord, les hommes sont plus musclés, mais franchement, ça ne
change pas grand chose, j’implore que les filles, femmes respirent et vivent à fond le football », développe t-il. Concernant les conditions d’accueil, le représentant seychelois a le grand sourire : « les dirigeants rouennais sont venus nous chercher à l’aéroport, on a senti un vrai intérêt de leur part envers notre culture. Les filles ont posé beaucoup de questions et ont essayé de communiquer avec les rouennaises du mieux possible en français et en anglais. On regrette juste un manque de fluidité au niveau de l’organisation des entraînements et des matchs, mais l’ouverture d’esprit a été réciproque ».

De l’entraînement à la pratique. En ce mercredi 21 août, l’équipe féminine seychelloise disputait un match amical contre les Rouennaises. L’objectif de ce match ? Développer des automatismes pour préparer sur le long terme les Jeux Olympiques. 10h30. Sous un beau soleil, le coup d’envoi est donné. Le match débute en douceur, le ballon circule de pieds en pieds. Les Rouennaises arrivent à fluidifier leur jeu, on ressent que les filles se connaissent depuis plusieurs années. En face, les Seychelloises n’ont pas peur. Robustes, elles arrivent a bloquer la plupart des passes longues rouennaises. Elles sont compactes, notamment en défense. Le premier but de leur part est de toute beauté : un coup-franc très bien tiré qui survole la défense du RSFC, pour venir se loger sous la barre. 1-0, le match est lancé. Les Rouennaises arrivent facilement à égaliser et même à prendre l’avantage au cours d’un très beau jeu de passes. Cependant, en deuxième mi-temps, le RSFC sombre. Les Seycheloises, même si la construction au niveau du jeu en équipe manque, sont très efficaces au niveau de la finition. Leur jeu de contre est redoutable, grâce à des attaquantes de pointe très rapides. Le score final : 5-2 en faveur des Seychelles. Anissa, 12 ans, évoluant en U13 au RSFC et Inès, 14 ans en U15, ont décrypté le match. « On est déçu du résultat de ce match forcément, mais on a pu découvrir un autre système de
jeu en face, une nouvelle façon de voir le football », analyse Anissa. Pour Inès, la concentration est capitale dans un match : « on voit qu’on s’est laissée aller, on a perdu beaucoup de ballons et défensivement, on a laissé beaucoup d’espaces. On reconnaît tout de même que les seychelloises ont développé un beau football, on apprend beaucoup d’elles, on retiendra nos erreurs ». Même si une victoire est toujours souhaitable, comme dirait un certain Pierre
de Coubertin, « l’important, c’est de participer », de prendre du plaisir.

Du côté seychellois, Laurence MILE, manager et assistante des U17 a accepté de nous livrer son analyse : « On essaye de mettre les filles dans les meilleures conditions pour qu’elles puissent jouer confortablement. Elles ont mis cinq buts, ce qui est quand même une belle performance, mais c’est vrai qu’on doit travailler les automatismes, le jeu de passes, comment les filles doivent se trouver entre elles ». L’optimisme est donc de mise pour les futurs Jeux Olympiques.

On espère que les jeunes rouennaises prendront autant de plaisir avec une immersion totale aux Seychelles, prochain grand projet du club des Sapins.

 

 

Chad Akoum

Défilement vers le haut